Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/08/2009

Informations diverses

Un peu d’histoire :

« C’est l’été, la France se dénude ! »

 

En 150 ans, les Françaises engoncées dans les crinolines et les corsets vont réduire l’épaisseur, le nombre et la longueur de leurs vêtements. Un grand « strip-tease » national qui n’est pas dû au réchauffement de la planète ! mais au désir d’être plus libre de ses mouvements et aux aléas des guerres…

On commence par les enfants et les sportives…

Si les robes commencent à raccourcir à partir de 1870, c’est seulement pour les fillettes. En 1912, aux JO de Stockholm, la championne du monde Anne KELLERMAN ose porter un maillot une pièce au lieu du caleçon en tricot. En 1930 le costume de bain va découvrir les épaules et les jambes. La même année, les petites jupes blanches font leur apparition sur les terrains de tennis.

On se dénude aussi pour des raisons de guerre… Entre 1914 et 1918 les jupes remontent des chevilles aux mollets. Les belligérants manquent d’acier. Les femmes participent à l’effort de guerre : elles donnent leurs baleines pour la fabrication des armes et abandonnent ainsi le corset. En fait, ce sont les états majors qui ont amorcé la mode avant les couturiers ! Sous la seconde guerre, jupes et robes remontent en dessous des genoux. On supprime les bas faute d’approvisionnement : on les remplace par un trait de crayon ! dessiné sur les mollets ! C’est en 1965 que la femme libère ses mouvements avec l’apparition de la mini jupes. Quand apparaît le maillot « Bikini », l’ampleur du scandale est inversement proportionnel à celle du tissus ! Aujourd’hui, que dire du monokini ?

 

En bref

 

Sommes nous cousins avec OBAMA ? La OBAMANIA s’est emparée des généalogistes. Les Mormons ont découverts des ascendants Français dans la généalogie du président des USA. Peut être qu’un de nos ancêtres en faisaient partie ! qui sait ? Il a bien été démontré que sous CHARLEMAGNE nous avions tous un ancêtre en commun !

 

Le 12 septembre, notre association tiendra un stand au forum des associations organisé au palais des Congrès par la Ville de Gruissan. Nous seront ravis de vous recevoir.

 

 

La BOUTIQUE du CERCLE GENEALOGIQUE

 

La brochure « Gruissan au temps des Alléon » : distribuée gratuitement aux cousins, elle est en vente pour les non adhérents au prix de 10 € l’unité.

 

Votre arbre généalogique ascendant plastifié (sur 4 générations) : 5 € l’unité, sous réserve de disposer de toutes les données nécessaires à sa construction.

 

Remise en état des livres ou plaques funéraires :

0,20 € la lettre jusqu’à 50 lettres

0,30 € la lettre à partir de la 51ème lettre.

Ce tarif inclut le vernis protecteur passé après décapage, lavage de la plaque et peinture des lettres. Passez dès à présent votre commande. N’attendez pas la veille de Toussaint !

20:59 Publié dans HISTOIRE | Lien permanent | Commentaires (0)

28/08/2009

Etat civil de l'été

Et un ALLEON de plus ! Nous sommes heureux de vous annoncer la naissance de VICTOR ALLEON au foyer de Christine et Cyril ALLEON. Le 20 juillet 2009 Victor a rejoint son frère aîné, Robin, né en 2007. Cela laisse présager d’autres générations d’ALLEON, pour le plus grand plaisir des grand-parents, Gisèle et André ALLEON. La descendance de Faldoni continue de grandir.

 

Et ce n’est pas fini ! d’autres bébés sont en route….du côté des MILLAGOU…mais aussi de notre présidente Sandrine SERVAT qui attend des jumeaux ou jumelles. Nous vous tiendrons bien entendu au courant le moment venu.

 

Un mariage en vu : celui de Jérôme AZIBERT et Aude sa compagne, dont les bans ont été publiés avant l’été.

20:56 Publié dans ETAT CIVIL | Lien permanent | Commentaires (0)

27/08/2009

COIN DES ALLEON

8 Découverte d’un autre tailleur de Pierre !

 

VALLA, BONNOT, ALLEON, sont trois familles de tailleurs de pierre bien connues de nos aïeuls. Mais au hasard de nos recherches généalogiques, nous avons découvert qu ‘un jeune tailleur de pierre âgé de 27 ans originaire de Mont Louis (PO) s’était installé à Gruissan, bien avant. Il s’agissait de François Bonaventure ORLEAC, fils de Thérèse ROCH et de Jacques ORLEAC, facteur rural à Mont Louis.

En 1855, sur la commune de Gruissan, François Bonaventure prend pour épouse Mélanie BRAS (sans profession). Celle-ci était née à Narbonne le 4 juillet 1837. Elle était la fille de Joseph BRAS (1804 – 1874), peintre vitrier. Elle avait pour frère Jean BRAS (1846 – 1913), tonnelier dont le petit fils Joseph BRAS épousa Francine ALLEON en 1917. Certes, il n’y a pas de parenté directe avec les ALLEON, mais il nous semblait intéressant de signaler l’existence de François Bonaventure ORLEAC. A t’il exercé longtemps comme tailleur de pierre ? Cela semble peu probable. Le 28 août 1856, avec Mélanie BRAS, il aura une fille, ORLEAC Augustine Albertine. Elle décèdera 12 jours plus tard. A partir de cette date, plus de trace des ORLEAC dans les registres d’état civil de Gruissan ! Sont-ils repartis dans les P.O, à Narbonne ou dans les alentours ? Encore une énigme à résoudre !

 

8 Anecdote : « Une pêche à en perdre les boules ! »

 

Il est une tradition qui aujourd’hui encore attire la curiosité des touristes parmi les « lève tôt » qui se rendent sur la plage au petit matin : il s’agit de la pêche à la traîne.

Nos aïeuls la pratiquaient fréquemment durant la période estivale. L’un d’eux, Francis BRAS, dit « Bouboule » en rêvait même la nuit. Le problème, c’est qu’il lui arrivait d’être somnambule.

Alors qu’il était adolescent, il partageait la chambre avec son frère Albert. Une nuit, il se leva, saisit Albert et le tira par les pieds comme s’il tirait sur les filets pour ramener le poisson en bord de plage. Cette scène « Pagnolesque » racontée par son frère était à mourir de rire, d’autant qu’Albert aurait pu en perdre « les boules » par la faute à « Bouboule » !

Imaginez Albert allongé sur le dos, tirés par les pieds…et ses parties intimes coincées entre les barreaux du lit, et vous comprendrez combien il lui tardait que cette partie de pêche imaginaire s’achève !!